Le Thruster

2012-11-01 | Exercice par Stéphane Houde

Mouvement inspiré de l’haltérophilie, mouvement vedette du Crossfit, il est sans aucun doute l’un des mouvements le plus complets et des plus performants.

Dans le thruster on retrouve deux mouvements distincts, le squat et le push press. C’est pour cette raison qu’il est éprouvant.

Que vous utilisiez une barre, des dumbbell, un medecine ball, un sandbag ou des kettlebell, ce mouvement polyarticulaire, sollicite énormément de muscle, car vous travailler les cuisses, les fessiers, la sangle abdominale, les épaules, les bras et votre cœur puisqu’aligner plusieurs répétitions demandera énormément de travail à ce dernier pour alimenter de sang frais tous les muscles qui travailleront pendant cet exercice incroyable.

Le thruster augmente la force et la puissance musculaire, lorsque l’on travaille avec une charge assez lourde avec de courtes séries de répétitions et on peut travailler notre endurance avec une charge moindre, mais avec de longues séries.

Plusieurs entraîneurs de différents sports ont rajouté cet exercice dans le programme de leurs athlètes en raison de ces résultats qui permet d’augmenter les performances de leur protéger. On peut parler des sports tels que le hockey, football américain, le baseball, etc.

Je recommande ce mouvement aux athlètes d’expérience puisque l’on retrouve deux mouvements techniques, le front squat et le push press. Rajoutez du poids et vous avez un mouvement complexe qui doit être enseigné par un personnel qualifié. Il faut surveiller tout au long du mouvement divers points techniques importants. Lors de la flexion des jambes en squat, surveiller à ce que les genoux pointent dans la même direction que les pieds pour ainsi éviter d’amener les genoux vers l’intérieur. Vous soulagerez la pression sur l’articulation du genou (tendons, ligaments, ménisque). Garder le dos bien droit, car il est fréquent de se pencher vers l’avant en raison du poids sur le devant des épaules. Pour éviter de vous pencher vers l’avant, regardez devant vous le plus haut possible et gardez la charge sur vos talons. Il est important, si vous utilisez une charge assez lourde, d’avoir une ceinture pour immobiliser votre sangle abdominale. Pour la portion du push press, reculer votre menton lorsque vous poussez énergiquement la barre vers le haut. Ça parait anodin, mais lorsque vous accrocherez votre menton au passage, vous aurez l’impression que vos dents vont tomber. Lorsque la barre est au-dessus de la tête, vous devez être sous la barre et non vers l’arrière ce qui soulagera vos épaules. Et lorsque vous redescendez la barre, amortissez la chute de celle-ci en fléchissent les genoux, car la stopper avec vos épaules ou bien vos clavicules, vous risquez d’avoir de sérieux bleus. Dernier point important, ne supporter pas la barre avec vos bras, utiliser vos épaules comme les haltérophiles, car vos bras faibliront rapidement avec la charge, surtout si vous travailler en force avec une charge considérable.

Travaillez bien la technique ainsi que la souplesse au niveau des avant-bras et vous aurez un des exercices les plus performants dans votre programme.

Bon training.


Exercices en références dans cet article